斗姥阁 Doumu Ge. Le temple de la déesse Doumu, Déesse des étoiles, la Mère du Boisseau

Nous allons grimper au sommet de la montagne Weibaoshan pour rendre visite à un "vieil ami" de Karine, Maitre Lang qui prend soin du temple de Doumu.
le panneau pour le monastère de Doumu
Arrivés au sommet nous avons une vue superbe sur la vallée.
Au sommet de la montagne de Weibaoshan la vue depuis le temple de Doumu
Mais entrons dans le monastère, accueilli par les lions en pierre. 
il y a plusieurs couples de lions. Cette statue de lionne, puisque située à gauche, a les pattes bien
à plat et la gueule fermée. Son compagnon de l'autre côté a la gueule ouverte.
Bien que le lion ne vive pas en Chine et que les Chinois n'ont eu connaissance de l'existence de cet animal qu'au IIe siècle grâce à une expédition en Inde, on peut voir des sculptures de lion en pierre partout en Chine. La représentation du lion serait arrivée en Chine avant le IIe siècle avec l'arrivée du bouddhisme où l'animal y est sacré tout comme l'éléphant. Le lion étant le symbole du bonheur, du courage, de la dignité, les Chinois ont coutume d'installer des statues de lion à l'entrée des palais, des résidences et des tombeaux. La garde de la maison est ainsi confiée au lion qui a la vertu de chasser les mauvais esprits. Quelques règles sont à respecter lors de l'installation des statues de lion : le mâle garde la droite de la porte, une boule brodée sous sa patte droite représente la puissance; la femelle qui tient sous sa patte gauche un bébé lion censée assurer la prospérité familiale et une nombreuse descendance est installée à gauche.
Le coeur du temple, non seulement est au sommet de la montagne, mais il faut
encore monter à travers les différentes cours.

on y arrive !
et voici la déesse Doumu à qui nous allons offrir nos respects et nos bâtons d'encens
 Qui est Doumu ?
On place dans la constellation du Sagittaire le palais d'une déesse qui est chargée de la surveillance des registres de la Vie et de la Mort, la Mère (de la Constellation) du Boisseau (Méridional), Doumu, ou, pour lui donner son titre complet, la Princesse Grande Sainte Mère de la Constellation du Boisseau.
En haut elle règle les catalogues des Neuf Cieux ; au milieu, elle rassemble les listes des dieux ; en bas, elle dirige les registres du destin des hommes. Ses neuf fils sont des étoiles : les aînés sont les dieux du Pôle Sud et du Pôle Nord, et, comme tels, ils fixent le premier la date de naissance et le second la date de mort. Cette déesse est un mélange assez disparate d'idées bouddhistes et d'idées taoïstes. 

On lui rend un culte en jeûnant le 3 et le 27 de chaque mois, et on espère ainsi obtenir d'elle non pas, à proprement parler, une prolongation de la vie (puisque la durée en a été fixée à la naissance), mais l'accomplissement intégral de la durée allouée sans raccourcissement. De plus, au cours d'une maladie dangereuse, on lui fait souvent des offrandes et des prières pour obtenir la guérison.
Doumu, ses 8 bras et son 3e oeil
On représente la Mère du Boisseau assise sur un lotus, avec la couronne des Bodhisattvas sur la tête ; elle a trois yeux (l'oeil du milieu, placé verticalement au milieu du front, est, chez les Bouddhistes et, à leur suite, chez les Taoïstes, l'oeil de la vision surnaturelle, qui permet de voir nuit et jour ce qui se passe dans tous les mondes), et 8 bras (parfois 18) chargés d'attributs divers.
Salutations également aux Immortels du temple
chacun va faire son offrande d'encens
selon la tradition,  à planter avec la main gauche

et la fumée de nos bâtons d'encens va rejoindre les nuages gris qui s'amassent
au-dessus de nous...

nous remarquons sur l'autel ce tuyau de bambou rempli de baguettes de divination comportant chacune
un numéro. Les Chinois viennent demander conseil pour toute question, tirent une
baguette, vont chercher ensuite le papier correspondant au numéro.
Posez votre question, tenez fermement l'étui entre vos mains et secouez-le doucement jusqu'à ce qu'une ou deux baguettes s'en échappent. Le numéro figurant sur chaque baguette vous renvoie à une réflexion pleine de sagesse qui vous aidera à prendre vos décisions. Un trésor de sagesse taoïste, une méthode de divination ancestrale, un jeu simple, rapide et efficace.

Sur le papier est inscrit un poème ésotérique et souvent hermétique
qui devra être déchiffré par le prêtre et qui donnera les réponses à la question
parfois de manière poétique ou détournée.
traditionnelle cérémonie du thé dans la petite cuisine rustique de Maitre Lang
Au revoir à Maitre Lang, que nous laissons dans sa solitude montagnarde
et dernier coup d'oeil en bas dans la vallée avant de redescendre.







Posts les plus consultés de ce blog

Kunming (Yunnan) : modernité et traditions

Comment ça commence...

Le temple de Zhen Qing Guan : l'imprimerie